S'installer à Beaumont

Des 5 églises que possédait Beaumont avant la Révolution (Saint-Aubin, Saint-Léonard, Saint-Martin, Notre-Dame de Vieilles), il ne subsiste que l’église Saint-Nicolas.

 Un premier édifice

Le vocable de Saint-Nicolas donne à penser que l’église fut fondée au XIème siècle, époque à laquelle le grand évêque de Myre était très vénéré chez les Occidentaux. On trouve d’ailleurs dans une chartre de Roger de Beaumont datant de 1088-1099, la première mention écrite de l’église Saint-Nicolas.

De ce premier édifice, il reste quelques vestiges.

 

Des siècles de construction

Téléchargez Flash Player pour afficher le diaporama.

 

Une seconde église fut probablement construite à la fin de cette même époque ou au début du XIIIème siècle : il en reste les trois piliers séparant la nef du bas-côté sud. Les trois piliers nord de la nef, les murs extérieurs et la tour sont du XVème siècle. C’est vers le milieu du XVIème siècle que l’on bâtit les voûtes du bas-côté du choeur. On continua vers la fin du XVIème siècle par la construction du bas-côté nord du choeur ; c’est à cette époque qu’il convient de placer la reconstruction des parties hautes du choeur et de l’abside. Le XVIIème siècle vit la construction du portail occidental, marqué du classique fronton triangulaire.

 

Pendant la Révolution

Il semble que l’église n’eut pas à souffrir gravement pendant la Révolution. A partir de 1791, l’église fut détournée de sa destination religieuse et devint un édifice public : on y faisait communication des lois et on y entendait les commissaires de la République. En 1794, les cloches furent descendues et envoyées à Bernay pour y être fondues, à l’exception de la « Lazare » qui est encore aujourd’hui dans le clocher. Puis l’église fut dépouillée de son mobilier et de ses métaux pour servir de défense à la République. Elle fut utilisée pour les fêtes républicaines puis comme dépôt pour les grains apportés au marché.

 

Au début du XXème siècle

Téléchargez Flash Player pour afficher le diaporama.

 

C’est vers la fin de 1802 que l’église fut rendue au culte.

A la fin du XIXème siècle, des travaux de restauration furent entrepris.

Vers 1902, les maisons qui étaient adossées à l’église furent démolies et la municipalité songea à édifier un mur de souténement avec un escalier donnant accès au parvis. Ces travaux furent exécutés en 1904-1905 sous la direction de M. Gossart, architecte des Monuments historiques.

 

 

  Guerre et restauration

Durant la dernière guerre, la proximité d’un camp d’aviation fut fatal à l’édifice qui eut à souffrir considérablement de bombardements aériens : il ne restait guère d’intacts que le clocher et le bas-côté nord. Les grandes orgues, les stalles du choeur, les vantaux de bois sculptés, la chaire du XVIIème furent anéantis.

Les travaux de reconstruction commencèrent en 1951 et il fallut 20 ans pour les mener à bien.

En 1971, l’église retrouve son architecture ancienne.

 

A voir

 

                                              Régulus

Le plus bel ornement de l’église actuelle est la tour-clocher datant du XVIème siècle dont les contreforts s’élèvent jusqu’à la toiture. De petites pyramides égaient la partie supérieure ornée de dentelles de pierre.

Le clocher renferme « la Lazare« , classée en 1911.

Niché dans le clocher, « Régulus » représente un général romain, symbole de la parole donnée. Le jacquemart, qui sonne toutes les heures depuis 1826, est l’oeuvre de M. Martin qui s’installa à Beaumont le Roger vers 1796 pour y fonder une maison d’horlogerie. L’automate a été restauré en 1896 par l’horloger Gourdin de Mayet (Sarthe), puis plus récemment par la société Bodet de Trémentines (Maine et Loire).

 

 

 

 

                                     Vitraux et statues

L’intérieur de l’église est doté de remarquables vitraux classés du XVIème siècle et de vitraux modernes de Max Ingrand dans le choeur et de Michel Durand sur le mur méridional.L’église offre un riche ensemble de vingt statues de bois ou de pierre des XVème, XVIème et XVIIème siècles.